Intolérance à l’indifférence, ou pourquoi je suis contre les utilisatrices de couches jetables…

Publié le par Lolaa

     Puisqu’à partir d’hier ce blog est officiellement parti en cacahuète, autant continuer, non ? En fait ce sujet me turlupine (et dans « turlupine » il y a… rhoooo !) depuis un petit bout de temps, suffisamment en tout cas pour l’aborder et le laisser ici pour la postérité.

 

Pourquoi on succombe à la dictature des couches jetables…


     Je sais, I know, c’est clair et net, les couches jetables, c’est quand même ce qu’il y a de plus répandu dans notre pratique et (du moins soi-disant) hygiénique monde d’aujourd’hui. Allez faire vos courses dans un supermarché, et vous y verrez un demi-rayon (pour ne pas dire un rayon complet) rempli de paquets de couches tous plus colorés les uns que les autres, marques connues ou premier prix, avec élastiques-là, bandes agrippantes ou autocollants avec des petits oursons, qui s’enfilent ou qui vont dans l’eau, il y en a pour toutes les morphologies des bébés, et pour tous les goûts des mamans.


     Pour ma fille, qui a maintenant 9 ans, j’ai utilisé ce genre de couches, puisque dans ma petite tête de jeune maman il n’y avait que ça qui existait, tout simplement. Autant dire que je connais ces petites bêtes-là, même si je dois dire qu’apparemment en 9 ans les couches jetables ont du faire d’énormes progrès, puisqu’elles absorbent toujours « encore plus qu’hier et bien moins que demain ». A mon avis depuis la naissance de ma fille, les Pampers (ok, ok, les ©Pampers) doivent maintenant absorber l’équivalent de la contenance de ma baignoire… non ?


     Pour mon fils de bientôt 2 ans, par contre, ayant été touchée par (la grâce ?) une écolo-attitude grandissante, et ayant accès à des ressources inépuisables via internet devant mon écran d’ordinateur, j’ai utilisé des couches lavables. Cela fait maintenant près de deux ans que j’en utilise, et deux ans que je ne comprends pas comment on peut persister à ne pas les utiliser.


     Deux ans d’intolérance ignoble et silencieuse, rendez-vous compte.

 


 
L’utilisation de couches lavables est-elle hors de la portée d’un être humain normalement constitué ?

     Si vous sentez toute l’ironie de la question que je viens de poser en sous-titre, alors vous pouvez passer la lecture de ce paragraphe… Quoique.


     Sur tous les forums que j’ai parcourus, en prenant des renseignements sur les couches lavables, ou en répandant « la bonne parole » une fois parfaitement informée sur la chose, j’ai lu la question « est-ce que ce n’est pas trop difficile d’emploi ? ». Et chaque fois que j’ai répondu à cette question, je l’ai fait avec abnégation, sourire forcé, yeux levés vers le ciel, et… parfois grosse envie de mettre des baffes.
     Aujourd’hui est le jour de la franchise totale on dirait ;-)

     Qu’y a-t-il de difficilement compréhensible dans le fait d’utiliser et d’entretenir des couches lavables ? Comme leur nom l’indique, ce sont des couches (et donc utilisables comme des couches, comme le genre de celles que vous connaissez bien par les pubs et les rayons de supermarchés), et elles sont lavables (donc à laver de la même façon que vous lavez la chemise de votre chéri, le sweat-shirt Diddl de votre fille, le pyjama Teletubbies de votre fils, ou votre petite culotte).

     Evidemment, si vous voulez entrer dans les détails, vous pourrez vous rendre compte que les couches lavables, ça peut être d’une simplicité littéralement enfantine, mais ça peut aussi se compliquer à mesure que vous vous documenterez… Vous pourriez même vous sentir complètement paumées dans la jungle des différents modèles existants, entre les systèmes « couche + culotte de protection » , « couche à poche » ou « couche tout-en-un », doublures, inserts, voiles polaires ou popli, comment ça je parle chinois ? Je vous vois d’ici, vous commencez à sourire et vous vous dites que je viens de me plomber moi-même en vous énonçant des appellations complètement incompréhensibles pour une novice tout en vous disant que c’est simple comme bonjour. Et pourtant non ! Car si les termes que je viens de citer vous semblent incompréhensibles et vous rebutent au point de vous dire « Les couches lavables, pas pour moi, oulà c’est trop dur à comprendre ! »… laissez-moi à mon tour sourire en me disant qu’il y a une bonne centaine de milliers de choses que vous ne pourrez jamais faire de votre vie faute de les comprendre... Partir perdue d’avance, c’est dommage. Et ce n’est pas votre style, n’est-ce pas ?


     Ensuite, évidemment, si vous vous penchez sur l’épineux problème de l’entretien des couches lavables, là aussi vous pourriez bien tomber sur des problèmes insolubles de l’ordre des équations à deux inconnues de vos années de lycée. Imaginez un peu, une fois la couche retirée, vous la stockez dans un endroit que vous allez devoir choisir (oh my god, premier dilemme !), puis une fois que le nombre de couches stockées dans l’attente d’être lavées est suffisant, vous allez devoir transvaser cela dans une machine plus ou moins perfectionnée qui, après deux ou trois (voire carrément 10 !) manipulations dignes d’une tentative de déminage (telles que mettre la lessive dans le compartiment approprié, choisir le cycle de lavage ou le nombre de tours par minute pour l’essorage), devrait mettre en route le lavage proprement dit (proprement, c’est le cas de le dire), et vous restituer vos couches en parfait état… de propreté !


     Dois-je, à ce stade, vous faire part du problème insoluble du séchage, du choix cornélien entre le sèche-linge, l’étendoir à linge sur la terrasse ou le jeté négligé sur les radiateurs ? Vous pourriez bien ne pas vous en relever !

 

     Vous avez survécu aux paragraphes ci-dessus ? Vous avez compris cet humour (légèrement teinté de ras-le-bol il est vrai, je l’avoue et je suis à moitié pardonnée) et vous savez que vous êtes au-dessus de tout cela ? Peut-être n’êtes-vous donc pas complètement perdue ;-) (surtout si vous utilisez déjà des couches lavables)


 
Florilège (à compléter) des expressions des non-utilisatrices de couches lavables, et contre-arguments faciles.

     « Les couches lavables, c’est trop compliqué, j’ai essayé d’y comprendre quelque chose mais je suis restée perdue dans la jungle de tous les modèles qui existent. »
     -> Oui, ça peut paraître compliqué, mais quand on se penche un peu (un TOUT PETIT PEU) sur les modèles, on comprend qu’on va s’en sortir, même si on n’a pas eu le Brevet des collèges (ou BEPC pour les plus vieilles, comme moi ;-) ). Si vous êtes vraiment perdues, alors vous trouverez des mines d’informations sur internet, à commencer par la communauté MSN des couches lavables, trouvable ici :
http://groups.msn.com/Lescoucheslavables/panneaudemessages.msnw. Sinon, utilisez n’importe quel moteur de recherche, les informations sont nombreuses, et les personnes soucieuses de vous aider répondront aimablement (peut-être avec le fameux petit sourire forcé, mais vous ne le verrez même pas) à vos questions sur les forums de discussion ;-)

     « Les couches lavables, c’est trop compliqué à l’emploi, je ne sais pas du tout comment je vais laver ça, on peut mélanger les couches avec le linge de tous les jours ? »
     -> Je vous assure que ce n’est pas compliqué de mettre une machine en route (du moins, je connais quelques hommes qui peuvent avoir parfois du mal avec le choix de la température, mais bon…), et dans la mesure où TOUT le linge est lavé dans la machine, rien ne ressort avec de grosses traces de caca si on mélange les couches avec les pyjamas. Si vraiment vous pensez que ce n’est pas sain, demandez-vous si un bavoir rempli de purée à moitié moisie d’il y a 3 jours ou les draps dans lesquels le petit dernier a eu des accidents de gastro seront tout aussi cool, une fois mélangés avec les chemises de travail de chéri dans la machine. La réponse est oui, ne vous en déplaise  … Et si vraiment vous voulez être sûre que les bactéries n’infesteront pas les vêtements de toute la petite famille, utilisez un désinfectant pour le linge de type Sanytol à chaque lavage, et hop ! Vous voilà sereine.

     « Franchement entre le ménage, la cuisine, le repassage, le bain des enfants, mon tricot en cours, et mes ébats sexuels avec chéri-chéri (je suis peut-être mère, je n’en reste pas moins femme), je ne trouverai jamais le temps d’utiliser des couches lavables. »
     -> Franchement par rapport à l’utilisation des couches jetables, vous prenez 10 secondes de plus pour mettre la couche si vous prenez le système « couche + culotte », aucune seconde supplémentaire au moment de la retirer puisqu’au lieu de la mettre dans la poubelle vous la mettez dans le « bac à couches sales », éventuellement disons 1 minute (en comptant le trajet jusqu’aux toilettes ou à la salle de bains !) pour aller rincer la couche si bébé a fait caca, le peu de temps que ça vous prend de lancer une ou deux machines supplémentaires par semaine, et (le plus long) le pliage des couches une fois qu’elles sont sèches. Vous n’aurez donc pas besoin d’abandonner les ébats sexuels avec chéri-chéri, je vous rassure. Et l’argument du « J’ai pas le temps », vous savez tout comme moi que c’est un argument bidon. On a le temps que l’on se donne, point barre.

     « Je sais que c’est génial pour la planète, mais j’ai la flemme. »
     -> (Vous m’imaginez fulminer, là ?) [mode sourire forcé ON] Voyons voyons, peut-on vraiment utiliser environ 4500 couches jetables extrêmement polluantes qui mettront environ 400 ans à se décomposer (et encore, 4500 couches c’est une moyenne, et pour un seul enfant, oui oui) en prétextant qu’on a la flemme ?

     « Les couches lavables, c’est cher »
     -> A l’achat, il est évident qu’une couche lavable neuve coûte plus cher qu’une couche jetable. Mais vous rentabilisez de façon sûre et certaine votre achat à l’arrivée, surtout si vous achetez des couches lavables d’occasion (les petites annonces sont des mines d’or, voyez le forum de Bulle de Nature :
http://bulle-de-nature.com/)

     « Les couches lavables, il paraît que ce n’est pas si écolo que ça »
     -> Il est vrai que certaines études auraient montré que les lavables n’étaient pas aussi écolo qu’elles voulaient bien le laisser paraître, puisqu’elles nécessitent de l’eau et des lessives polluantes pour l’entretien, notamment. Mais comparons ce qui est comparable, voulez-vous ? Les jetables aussi nécessitent beaucoup d’eau pour leur confection, un blanchiment au chlore, l’utilisation de produits parfois toxiques (composés organo-étain, beurk ! Est-il besoin de rappeler à ce stade qu’on ne doit pas manger de couche jetable ?? ;-) ), et ne parlons pas de leur durée de décomposition en décharge. Côté lessives polluantes, faites-moi plaisir, dites-moi que vous utilisez DEJA une lessive « verte », hein oui ?


 
Pourquoi ?

     Pourquoi, oui pourquoi passer autant de temps à essayer de vous convaincre que les couches lavables, c’est ce qu’il y a de mieux ? Parce que je le pense, tout simplement. Et parce que je ne comprends pas (pourtant dieu sait si j’ai essayé !) qu’on puisse vouloir rester au stade de la couche jetable plus polluante, et plus chère.


     Pourquoi vous faire passer pour une inconsciente de première si vous êtes utilisatrice de couches jetables ? Pourquoi vous culpabiliser ? Et surtout, SURTOUT, pourquoi vous juger ? Parce que (à mon sens, et cela n’engage que moi) quiconque dit qu’il ne juge pas les autres ment forcément un peu quelque part. Je n’affectionne pas cette hypocrisie qui consiste à dire « On utilise des lavables mais c’est pas grave si vous utilisez des jetables »… Bien sûr que si, c’est grave ! Si on utilise des lavables, c’est par respect pour l’environnement, pour préserver la planète, pour éviter de laisser à nos enfants un monde irrespirable, pollué, invivable ! Comment ne pas penser que ceux qui ne font pas cet effort annihilent nos propres efforts ? Voilà, j’en ai assez, après plus de deux ans passés à répandre la bonne parole (concernant les couches lavables) de façon gentille, agréable et documentée, de dire « Mais chacune fait ce qu’elle veut, à chacune ses choix ».

 

     Oui, à chacun(e) ses choix.

     Oui, chacun(e) est libre de faire comme il/elle l’entend.

     Mais quand je fais des efforts pour la planète sur laquelle je vis et sur laquelle vivent mes enfants, cela me débecte de voir les gens autour de moi qui réduisent mes efforts à presque rien.


     On n’a qu’une planète, alors prenons-en soin. Pas forcément pour nous, mais pour nos enfants.
 
 
DOCUMENTATION

     Lors de mes recherches, j’ai réalisé un document Word sur les couches lavables, que j’ai transmis à de nombreuses personnes déjà, et qui à priori permet de répondre à pas mal de questions sur les couches lavables. Si vous êtes intéressé(e) par ce document, faites-en la demande dans la partie « commentaires » de cet article (en me donnant une adresse mail) et je me ferai un plaisir de vous l’envoyer. J’effacerai ensuite votre adresse mail afin qu’elle ne soit pas récupérée par des spammers ;-)

Publié dans Lolaa-sphère

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marieke 05/04/2007 08:26

Euh, je plussoie Khalamity...t'es où???

khalamity 27/03/2007 18:01

hé Mdam... tu boudes??? on te voie plus... t'écris plus.. ça me manque MOUA!!!!
bisous

Callie 14/03/2007 11:55

AAHHHH voilà un article qui fait plaisir :D:D
Merci dame Lolaa !

COCO 12/03/2007 08:59

bjr,
ce blog est toujours aussi passionnant !
Pour les couches lavables, je suis OK sur certains points, mais ds mon cas, je suis déjà à 7 machines par semaine avec mes triplés de 2 ans, donc si en plus j'avais du me farcir les couches lavables.... je vivrai avec mon lave linge ! Certes c'est bien pour l'environnement mais pour moi 15 couches à laver par jour (au mini et sans accident !) là je rends les armes !
BISES 0 TOUTES

Lolaa 12/03/2007 13:33

Tu crois que je devrais mettre ta phrase dans mon article "Je vivrai avec mon lave-linge" ? :-)))
Je suis consciente que c'est un peu de boulot de mettre la machine en route, mais qu'est-ce que c'est face aux quelques secondes de gagnées pour la planète, à la sensibilisation de ton entourage ? Bon, tu as l'excuse des triplés, mais ça va pour cette fois ! :-)

Khalamity 11/03/2007 21:41

Coucou ma belle;
Merci de ton comm, et pour le café, ce serait bien chouette en effet de partager en vrai ces deux années de web.
Plein de bises! (ps moi j'aimerais bien lire ce que tu écris...)

Lolaa 12/03/2007 13:31

Bises idem, et pour mes nouvelles noires, faudra me passer sur le corps (ou, disons, attendre un peu de temps, je pourrai bien mettre un lien officiel un de ces quatre ;-) )