La chandeleur fait son cooking-out !

Publié le par Lolaa


 
     Rendons à César bli bli bli, je n’ai pas inventé le terme « cooking-out », et je me permets de le reprendre du site Chandeleur.net, youp’là !

 

Les origines

     La chandeleur, fête judéo-chrétienne, prend aussi ses origines dans les traditions païennes. Etymologiquement parlant, son nom vient de « chandelle ».

     Fêtes païennes, les Parentalia romaines étaient une fête annuelle en l’honneur des morts, lors de laquelle les gens veillaient en s’éclairant de cierges. Du côté des origines celtiques, on retrouve le symbole de la roue solaire, représentée par une crêpe.
     En ce qui concerne les fêtes juives et chrétiennes, il s’agissait alors des relevailles de Marie, 40 jours après la naissance de Jésus, au cours desquelles on fêtait la présentation de Jésus au temple et la purification de Marie. Là encore, on trouvait des processions sous la lumière des cierges.

 

 

 

 

 
De nos jours

     Nous voici donc de nos jours, et la chandeleur se fête chaque année le 2 février. C’est l’occasion, surtout, de s’empiffrer de crêpes !! Les crêpes ont une symbolique très proche de l’argent, elles sont censées représenter l’opulence et la richesse. Quelques traditions sont très répandues : faire sauter la première crêpe par-dessus une armoire et de l’y laisser toute l’année jusqu’à la prochaine chandeleur apporte richesse à la maisonnée, faire sauter une crêpe de la main droite en tenant une pièce de la main gauche apporte une bonne année…

     Aux Etats-Unis et au Canada, la chandeleur a disparu, laissant la place……… au jour de la marmotte ! Purée, Groundhog Day, c’est quelque chose ! Rendu célèbre par le film du même nom (avec l’inénarrable Bill Murray !), le jour de la marmotte est cultissime. Apprenez-en plus sur Wikipedia.

 

Des recettes ?

     Voici ma recette à moi, depuis des générations… OK, des années, mais c’est déjà ça.

Pour environ 12 crêpes :
250 grammes de farine
½ litre de lait
2 œufs
1 cuillère à soupe d’huile
1 pincée de sel

Versez la farine dans un saladier. Faites un petit puits et cassez-y les œufs. Ajoutez l’huile, le sel et un peu de lait, et mélangez fortement (à la main, ou dans votre robot), en ajoutant petit à petit le reste du lait. La pâte est liquide et coulante. Laissez reposer une heure. Et ensuite… Faites vos crêpes !

     Je vous recommande d’avoir une bonne crêpière, pas forcément le modèle hyper cher de chez Prout-prout, mais un modèle simple, anti-adhérent (indispensable !) et solide. Ici j’en ai deux dont une qui a le fond légèrement gondolé, la répartition de la chaleur n’est pas géniale, je vais certainement la balancer bientôt… enfin, ça fait environ deux chandeleurs que je dis ça ! :-)

     Les recettes de pâte à crêpe sont si nombreuses qu’on ne peut les recenser toutes comme ça. Crêpes à la farine blanche ou galettes de sarrasin, crêpes légères ou crêpes aériennes, ou savoureuses… comment ça lourdes ? :-)

 


     Si jamais vous pensez avoir besoin d’un super truc pour avoir LA recette non seulement inratable mais aussi inoubliable, utilisez la technique du 4 – 3 – 2 – 1 (trouvée sur le site Chandeleur.net : 4 verres de lait, 3 œufs, 2 verres de farine blanche tamisée, et 1 pincée de sel. Bon, là, tout le monde peut le faire, non ?

 

 

     Amusez-vous bien demain, que les crêpes envahissent votre maison et réjouissent votre palais, MIAM !!!

 

Un petit lien pour la route ?

 

     Des trucs, des astuces, comment rattraper les ratés, tenir au chaud, comment plier vos crêpe (tout un programme !), des recettes, c’est chez Meilleur du chef .

Publié dans Cuisine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lavanderose 12/01/2014 18:14


Bonjour Lola !


Je viens de "tomber" sur votre blog, via De Tout et De Rien, lui-même via Vernis en folie...J'aime beaucoup votre humour et votre façon de parler...j'étais écroulée de rire avec votre épisode des
couches lavables (mémorable j'imagine !). Il doit dater d'il y a déjà un moment, mais eh...je n'arrive sur le blog QUE  maintenant ! Je n'ai pas beaucoup de mérite, mes enfants sont "ben
grands" et à l'époque c'était du Pampers et Huggies à tout va...et j'ai quitté mon mari quand mes deux derniers avaient 2 ans et 6 mois : donc en plein cauchemar divorcesque, pas vraiment le
temps de se pencher sur cette foutue histoire de couches lavables...dont on ne faisait pas tant l'éloge à cette époque. 


"Petite Bichette", ma "petite dernière" a désormais  bientôt 17 ans et me pique mes soutifs depuis un bail, plus question de couches donc, ouffffffffff !!!!!


Mais quelque chose m'a interpellé...cette histoire d'eczéma. J'en ai toujours beaucoup entendu parler, par bonheur mes enfants n'en n'ont  jamais "vraiment"eu (re-oufffff)...sauf peut-être
mon N°2, qui avait le même problème que votre petit roudoudou...sur les fesses.


C'était dra-ma-ti-que. Purulent, suitant, rouge, il souffrait....ne pouvait quasi plus s'asseoir...j'étais désespérée...jusqu'au jour où, après lépisode soulageant (mais fort contrariant pour moi
qui suis également bio à fond) de la Fucidine (maudit machin à la cortisone), j'ai découvert que bébécadum avait une réaction aux BANANES ! le truc inimaginable. C'est si bon les bananes. On en
donne à nos petits chéris, ils aiment tous ça (enfin, supposition).


Je n'avais pas à l'époque les moyens de lui acheter des bananes bio (bien abordables de nos jours, voire plus que les "pas bio"), et en fait, il devait sûrement faire une réaction aux PRODUITS DE
TRAITEMENT des bananes, pas aux bananes elles-mêmes. Pôv chou, je l'ai privé de bananes pendant des années (il adorait ça), jusqu'à ce qu'un jour je cède et lui en achète à la nouvelle Biocoop
qui venait d'ouvrir à quelques kilomètres de chez moi. Bonheur : pas de réaction (il était fou de joie).


J'ai bien flippé, mais en fin de compte, ce n'était pas de l'eczéma...et il était avec des Huggies aux fesses, donc, du "plus au sec que moi tu meurs"...:) :) :)


Mais.....


Mes pingouins ont grandi,  j'ai pu me consacrer à un peu plus de choses en développement personnel (expression très à la mode actuellement !) et récemment, après un stage sur le "Nettoyage
des mémoires cellulaires" avec Sonia Pasqualetto (voir son site), une des amies participantes m'a donné un lien vers le site d'Hannah (http://www.forme-sante-ideale.com/)...et elle y parle de nos "maux" divers et variés, leur origine (dans le cas le plus hard, cancer...voir son article
sur les limites du décodage biologique) et comment s'en tirer au mieux avec tout ça ! 


Partant du principe oùça peut vous intéresser....voilà, c'est fait, je vous en ai parlé !


Evidemment, il y a des livres incontournables comme : 


- "La méthode France Guillain" aux Editions du Rocher (et ses autres livres, dont le très célèbre et très efficace "Bain dérivatif ou D - Cooling Way", même éditeur),


- mes "bibles" telles que "Le grand dictionnaire des malaises et maladies" de Jacques Martel (décodage biologique)


- et quelques autres petites merveilles indispensables quand on est, comme moi, obligée d'élever ses enfants seule et qu'on est une enragée du naturel (et qu'on cède très très difficilement aux
diktats médicaux allopathiques) : 


- les guides homéopathiques de chez Marabout


- le guide "Aide-mémoire des Fleurs du Dr Bach" aux Editions Pocketnature


- et la Réflexologie des mains et des pieds (ed Courrier du Livre)


J'espère vous avoir été utile, même si je suis loin d'être dans le timing de l'article que j'ai lu !!!